Empereur, le roi de la récupération à Korhogo

Empereur, le roi de la récupération à Korhogo
Empereur, le bronzier aux mutiples cordes artistiquesRédaction Pajafrik

Artiste sculpteur, bronzier et récupérateur, sa passion pour l’art n’a pas de limite. Il est l’Empereur de la récupération, toujours à la recherche d’un objet à modeler.

Les rues de Korhogo le connaissent bien, et quiconque croiserait son chemin pendant ses séances de récupération se munirait de méfiance tant ses dreadlocks et ses guenilles lui donnent un aspect étrange.

Lui, c’est Empereur, artiste sculpteur, bronzier et récupérateur. Pour lui, tout objet est source d’art; des bouts de bois aux objets métalliques en passant par les étoffes, sa passion pour l’art de la récupération n’a pas de limite. Sa « caverne d’Alibaba » se compose de figurines et de statuettes de bronze et en bois réalisées avec une finesse et une adresse à faire pâlir tout amateur d’œuvres d’art. On y trouve également des tableaux  d’art abstrait traduisant la diversité créatrice de l’artiste. Toutes choses qu’on n’aurait pu imaginer de lui, vu son aspect. Et comme il le dit lui-même, on ne peut connaître quelqu’un que lorsqu’on l’approche.

L’homme est comme une gousse d’arachide. Tant qu’on ne l’a pas cassée, on ne peut découvrir la graine qui est à l’intérieur.

 

De son vrai nom Diabaté Bah Karamoko, Empereur s’est découvert un penchant pour l’art à la faveur de la crise militaire survenue en Côte d’Ivoire en 2002. Il s’était alors réfugié au Burkina Faso où la caste des Diabaté à laquelle il appartient l’a accueilli à bras ouverts en lui enseignant la bronzerie. Il faut dire que sa mère a joué un grand rôle dans sa conversion à ce métier car c’est elle qui l’y a fortement incité. Cet exile au pays des hommes intègres aura duré douze (12) ans, pendant lesquels il a pu affiner son approche à l’art de la transformation du bronze.

De retour en Côte d’Ivoire, il décide de s’installer à Korhogo; et c’est là qu’il trouve une place auprès d’un autre féru de l’art en la personne de Sam.  Là, il va ajouter d’autres cordes à son arc que sont la sculpture d’art, la peinture et la musique en tant que batteur.

Aujourd’hui, profondément ancré dans son art, Empereur arpente quotidiennement les artères de Korhogo à la recherche d’objets à transformer. Ainsi, par son travail ardu, il a pu exposer lors de deux (2) éditions de la Semaine Internationale de l’Artisanat de Grand-Bassam (SIAB). Sans oublier que ses œuvres s’arrachent au Centre Artisanal de la Ville d’Abidjan (CAVA) à Marcory. Pour finir, le roi de la récup à Korhogo entend aller plus loin dans ce métier car il a encore beaucoup de choses à faire découvrir et se dit ouvert à toute aide dans ce sens. Il se présente donc comme une vrai perle à suivre de près.

Quelques unes des œuvres d'Empereur

Quelques unes des œuvres d’Empereur

1 comment

Autres Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. (*) champs obligatoires.

1 Commentaire

Derniers articles

les plus commentés

Vidéos

Share This
Open chat
Contacter la rédaction via WhatsApp